MEDIA

Julien Vidal

ÇA COMMENCE PAR MOI

Les clés de l’éco-citoyenneté

Interview : Gayané Adourian

Rédaction : Anne Taffin

TERRA INCOGNITA #04  S’ENGAGER POUR UN MONDE MEILLEUR

« Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde ». Cette célèbre maxime de lGandhi, colle parfaitement à Julien Vidal. Las de l’immobilisme ambiant, le jeune homme a décidé de relever les manches. Sur son blog, Ça commence par moi, il couche les actions qu’il mène pour réduire son empreinte sur la planète…une autre manière de parler d’écologie et de prouver que tout le monde peut devenir un citoyen plus responsable.

N’imaginez pas Julien comme un Captain Fantastic vivant au fond des bois ou le pendant masculin de Béa Johnson, la papesse du zero waste se ventant de faire tenir ses déchets dans un bocal. Sa fibre écologique ne provient pas de son éducation mais résulte plutôt d’un cheminement personnel né au fil de ses expériences.

Engagé mais pas enragé !

Nourri par une enfance entre la France et l’Espagne, dont est originaire sa mère, Julien développe dès son plus jeune âge une grande curiosité. Cette envie de comprendre les choses le fait hésiter entre le photojournalisme et l’humanitaire. Il choisit finalement le second pour pouvoir agir et faire bouger les choses.

Après deux ans à travailler pour la Croix-Rouge à Paris, il s’expatrie en Colombie et s’attèle à la réhabilitation des guérilleros. Au sein de ce qu’il qualifie de « joyeux bordel », eu égard à la cohabitation entre anciens miliciens, anciens paramilitaires et guérilleros, il essaie de créer des opportunités de rencontres. Ce premier emploi de médiateur terminé, il se voit offrir un poste aux Philippines. Cette fois, il s’occupe de l’insertion professionnelle dans les bidonvilles via l’entreprenariat.

La vie dans ces deux pays lui font découvrir les températures harassantes, la sécheresse, les typhons…et le pousse à s’interroger plus profondément sur le réchauffement climatique. Au même moment, Nicolas Hulot lance l’appel de Manille pour mobiliser les peuples autour de la COP21. Déclic. Après son engagement dans le végétarisme quelques années auparavant, il décide d’approfondir sa réflexion sur son impact écologique.

Apporter sa pierre à l’édifice

Julien revient en France en pleine campagne présidentielle. Il est alors frappé par les prises de position dichotomiques des citoyens. Si certaines idées l’effraient, d’autres lui donnent espoir. Il se demande/ s’interroge alors ce qu’il peut faire « pour trouver ma place dans cet écosystème bouillonnant et faire pencher la balance du côté qui l’intéresse ».

Professionnellement, il s’engage dans le monde associatif auprès d’Unis-Cité. En parallèle, il débute son blog, Ça commence par moi, sur lequel il recense les actions qu’il mène pour réduire son empreinte écologique.

« J’avais une centaine d’actions en tête quand j’ai débuté, c’était assez simple. Ensuite, il a fallu que je creuse, c’était très stressant et le rythme d’un article par jour était intense » avoue Julien. Mais les retours, les interrogations, la curiosité des lecteurs le nourrissent et le motivent, jour après jour. Une journaliste de France 24 le contacte rapidement pour l’interviewer. La semaine suivante, il récoltait un millier de vues. Ensuite, les « les choses se sont faites crescendo ». Le vrai changement a eu lieu après la vidéo de Brut, réalisé en février dernier. « Là, il y a eu un véritable avant et après » concède Julien.

De l’écran à la scène !

Le jeune homme mène cette mission le matin « de 7 à 9 heures avant d’aller travailler ».

Début 2017, arrive le moment fatidique où Julien doit choisir s’il renouvelle ou non son CDD.  Il regarde en arrière et fait le bilan de cette première année : 100 000 visiteurs, bien plus que le millier espéré à l’origine et 750 heures de travail soit l’équivalent de 5 mois de boulot à temps plein. Les chiffres finissent de convaincre Julien qui quitte Unis-Cité et de transformer son blog en association. Nous sommes en février 2017.  Quelques mois plus tard, il rejoint l’incubateur d’Antropia où il développe, pendant 6 mois, son offre de services et son business model. En ce moment, il teste la version beta de ses projets. Soirée quizz, coaching sur l’alimentation durable, ateliers…Julien veut « switcher » la manière dont on parle d’écologie. « Ces outils sont en réalité des prétextes pour parler d’éco-citoyenneté pendant une soirée » précise le jeune homme qui s’adresse également aux entreprises. Mi-formateur, mi-écrivain, Julien veut essaimer ses idées pour donner aux gens le pouvoir de passer de « mouton noir à pépites et acteur du changement ».

Rat des villes, rat des champs…tous éco-citoyens !

En se basant sur son expérience, Julien veut montrer que chacun peut agir à son échelle sur son mode de vie. Sur les 365 actions qu’il a partagé «  200 sont applicables à tous », les autres touchent plus particulièrement les urbains puisqu’il habite à Paris. « Il faut ensuite adapter les pratiques à son environnement en cultivant son potager, en adhérant à la médiathèque du village, en participant à la MJC, etc ». Chacun doit s’emparer de ces sujets pour faire ses choix en cohérence avec ses propres valeurs. Avec CCPM, Julien combat aussi et surtout l’immobilisme. Selon lui, nous vivons dans un pays où la culture du résultat et la recherche constante de perfection empêche les gens d’agir. « Ça me rend fou d’entendre les gens légitimer l’inaction par l’imperfection » avoue le jeune homme. Qui plus est, les solutions d’aujourd’hui ne seront sans doute pas celle de demain  « On découvrira peut-être que les gourdes en inox ne sont pas si écolo que ça» admet-il. Pour autant, pourquoi ne « pas essayer d’être chaque jour une meilleure version de nous-mêmes » ?

Cette démarche ne joue pas seulement un rôle pour « l’environnement mais vise aussi à se sentir mieux dans ses baskets, être en meilleure santé et faire des économies » et surtout mener une profonde réflexion sur soi-même.

Dis-moi comment tu vis, je te dirai qui tu es

Quand il débute CCPM, Julien a aussi l’ambition de changer la manière dont on parle d’écologie. Parmi ses sources d’inspiration, il cite d’ailleurs le professeur Feuillage dont le style, particulier, a le mérite de bousculer les codes. En se prenant comme cobaye et témoin, Julien veut convaincre sans évangéliser, par la seule force de la démonstration. Challenge réussi ! « Comme je suis cohérent là-dessus et que je porte les choses de manière bienveillante et heureuse », les gens ont envie de voir ce qui se cache derrière. « Mes amis m’interrogent et ramènent même des cakes végétariens aux apéros maintenant » avoue t-il fièrement. Ses parents aussi ont commencé à changer de regard et ont même décidé de troquer leur projet de piscine contre un potager.

Outre ses proches, Julien essaime aussi chez ses lecteurs. À la fin de son défi des 365 actions, la moitié d’entre eux admettait avoir mis en place au moins 20 actions. Depuis le début de l’année, il a également formé plus de 500 personnes via ses ateliers.

Plus qu’une entreprise, Julien porte un projet de vie, des convictions qui peuvent changer le monde. « C’est aujourd’hui que tout se joue. On va décider de l’avenir de l’humanité. Il ne faut pas attendre que ce soit les jeunes qui le fassent ». Bref, il est temps d’agir !

2 Commentaires

  1. Boyer

    Bonjour, merci pour l’article. Ce que vous appelez cette « célèbre maxime » n’est pas celle de Pierre Rabi mais de Mahatma Gandhi (donc apparemment reprise par Rabi) .. Merci de rectifier cette erreur s’il vous plaît.

    Cordialement

    Romane Boyer

    Réponse
    • Valentin

      C’est corrigé ! Merci à vous ! 🙂

      Réponse

Trackbacks/Pingbacks

  1. Roberto Gauvin, Ecole Nouveau-Brunswick : « Je suis un entrepreneur d'école » | Terra Incognita - […] Julien Vidal, Ça commence par moi : les clés de l'éco-citoyenneté | Terra Incognita - […] [20/07] ROBERTO GAUVIN, Ecole Nouveau-Brunswick…
  2. David Giffard, Silver Fourchette : le goût des autres | Terra Incognita - […] [23/07] JULIEN VIDAL, Ça commence par moi Les clés de l’éco-citoyenneté […]
  3. Emilie Vidaud, Social Calling : le déclic pour agir des entrepreneurs | Terra Incognita - […] [23/07] JULIEN VIDAL, Ça commence par moi Les clés de l’éco-citoyenneté […]
  4. Pierric Jammes, Pur Projet : reconstruire la biodiversité de notre planète | Terra Incognita - […] Julien Vidal, Ça commence par moi : les clés de l'éco-citoyenneté | Terra Incognita - […] [12/07] PIERRIC JAMMES, Pur…
  5. Claude Terosier, Magic Makers : donner le pouvoir aux enfants | Terra Incognita - […] [23/07] JULIEN VIDAL, Ça commence par moi Les clés de l’éco-citoyenneté […]
  6. Thomas Firh, Les Others : entre carnet de voyage et livre d'art | Terra Incognita - […] [23/07] JULIEN VIDAL, Ça commence par moi Les clés de l’éco-citoyenneté […]
  7. Leonid Goncharov, Anticafé : bureau pour travailleur nomade | Terra Incognita - […] [23/07] JULIEN VIDAL, Ça commence par moi Les clés de l’éco-citoyenneté […]
  8. François Hisquin, Octo Technology & l'USI : geek, curateur, écolo et marathonien | Terra Incognita - […] [23/07] JULIEN VIDAL, Ça commence par moi Les clés de l’éco-citoyenneté […]

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscrivez-vous au programme Explorateur

Nous vous souhaitons la bienvenue parmi les Explorateurs !

Partager

Et si vous partagiez cette lecture ?